A CHACUN SON ECOT

 

 

 

 

Sur la bascule du temps qui pèse nos vies,
Chacune porte son poids de malheurs,
Cette ombre portée où s’inscrit
L’autre versant du bonheur.

Dans l’éclat obscur de sa lumière,
Elle masque à jamais ce qui fut,
Quand le monde ignorait la lisière
D’un paradis aujourd’hui perdu.

7
6

INCANTATION

 

 

 

Quand viendra-t-il ce jour, s’il doit venir ?
Plus rien ne serait comme avant,
La vision du monde ne pourrait plus s’inscrire
Dans la réalité d’un temps présent.

Pour être plus vraie, elle s’écrirait en faux,
Tant serait différent ce qui l’oppose,
Comme le sont ces notes prises en défaut
Dans des assonances qui s’imposent.

Sous un autre regard, le monde s’offrirait ainsi
Dans la lumière d’une grâce reçue,
Celle que reçoivent ceux qui expient
Ce qu’ici-bas jamais ne fut.