D'UN DECLIC

 

 

 

Le vol du temps s'est arrêté,
Dans un regard sans conscience,
Sous les traits d'un visage aimé,
Image trouble d'une éternelle absence.

Et pourtant, sans âme et sans vie,
Sous mes yeux elle reste présente,
Mais sous l'aspect d'un instant aboli,
D'un instant qui me hante.

7
6

 

SANS RECOURS

 

 

 

Dans un sanglotant chant d'amour,
Déjà, de douces harmonies se rouillent,
Bien avant que coulent alentour
Ces larmes fanées qui les souillent.

Nature généreuse et cruelle à la fois,
Il faut toujours qu'en donnant tu reprennes,
Ici, c'est dans une floraison qui se noie,
Que tu nous offres ce plaisir qui s'égrène.